Une tribune pour les luttes

Syndicalisme internationaliste : une solidarité concrète et de classe

Article mis en ligne le mercredi 22 novembre 2023

Alors que les guerres font rage dans le monde, il est facile de se sentir impuissant·e ou dépassé·e face au déferlement de violence. Pourtant, l’internationalisme de notre classe est toujours vivant, et en particulier à travers les réseaux syndicaux.

Alors que les guerres font rage dans le monde, il est facile de se sentir impuissant·e ou dépassé·e face au déferlement de violence. Pourtant, l’internationalisme de notre classe est toujours vivant, et en particulier à travers les réseaux syndicaux.

En matière d’internationalisme, les analyses qui se veulent géopolitiques ne sont pas à rejeter par principe ; mais, outre que nombre d’entre d’elles se limitent en réalité à du verbiage autour de quelques slogans (pertinents ou non, c’est une autre question), la vraie question est : « en quoi sont-elles utiles pour celles et ceux qui mènent des luttes émancipatrices ? ». Les débats autour des guerres en Palestine ou en Ukraine, de la situation en Iran ou en Afghanistan, de ce qui se passe au Nicaragua ou au Kurdistan, etc., n’ont d’intérêt révolutionnaire que s’ils sont reliés à une action internationaliste concrète.

Mais de quoi parle-t-on lorsqu’on évoque une « solidarité internationaliste concrète » ? Bien entendu, cela inclut le soutien matériel, sous des formes adaptées aux différentes situations. Mais ce qu’on nomme souvent « soutien politique » en fait aussi partie, si tant est que ceci ne se cantonne pas à des proclamations. Qu’en est-il, par exemple, de la solidarité syndicale internationale ? En quoi les outils syndicaux sont-ils pertinents, ou non, pour contribuer à la solidarité mais aussi au renforcement des luttes syndicales, par-delà les frontières ?

Agir avec les structures de classe actives

Avec l’invasion du territoire ukrainien par l’armée russe, la guerre, la résistance populaire (y compris syndicale), les syndicats qu’on qualifie souvent « de luttes » ou « combatifs » de différents pays se sont interrogés sur les initiatives à prendre. En France, très rapidement, la CGT et Solidaires ont priorisé les contacts avec les travailleurs et les travailleuses qui étaient sur place. Quoi de plus naturel, et efficace, que de solliciter en premier lieu les syndicalistes directement au cœur du tragique contexte ? C’est ainsi qu’un long travail d’information ici en France, de motions de soutien vers l’Ukraine (mais aussi la Biélorussie ou la Russie), de solidarité financière et matérielle s’est mise en place.

Si l’intersyndicale française a amené du matériel en janvier 2023, le Réseau syndical international de solidarité et de luttes auquel participe Solidaires a organisé trois convois syndicaux vers l’Ukraine, le premier dès avril 2022. À chaque fois, il s’agit de répondre au mieux aux demandes des camarades d’Ukraine et de développer les contacts entre travailleurs et travailleuses, entre syndicats, à la base. C’est essentiel pour ancrer la solidarité dans une action émancipatrice globale. Plusieurs documents relatent ces moments. [1]

Information et solidarité concrète

Face à la guerre en Palestine, la question se pose de nouveau. L’appel unitaire des syndicats palestiniens trace une voie que la solidarité syndicale internationaliste devrait suivre. Incomplet ? Pas assez ceci ou trop cela ? Répondons déjà aux demandes exprimées par nos camarades, en nous opposant à la fabrication et au transport d’armes pour Israël, en menant campagne pour que des mesures soient prises contre les entreprises complices du massacre organisé à Gaza, en faisant pression pour que les gouvernements cessent tout commerce militaire avec Israël ! Les contacts directs sont difficiles mais pas impossibles. En Palestine comme en Ukraine ou ailleurs, ils sont essentiels et doivent être le fait des structures nationales mais aussi de collectifs militants de base : syndicats, unions départementales ou locales.

Palestine, Ukraine, mais ailleurs ? D’Iran, les camarades de Solidarité socialiste avec les travailleurs d’Iran (SSTI) transmettent régulièrement des informations sur la lutte des classes dans ce pays, sur les mouvements pour les droits des femmes, ou les exactions du régime en place [2] . En Afghanistan, RAWA [3] continue ses activités militantes, face aux régimes successifs depuis 1977. Du Nicaragua, des nouvelles directes parviennent au collectif Solidarité Nicaragua. Celles et ceux qui sont allé∙es au Kurdistan font un important travail d’information et de solidarité à leur retour. Ce ne sont que quelques exemples. Pour l’action directe internationale, rien de mieux que les contacts directs internationaux !

Christian (UCL Banlieue Sud Est)

[1] Réseau syndical international de solidarité et de luttes, Ukraine, solidarité syndicale en temps de guerre, éditions Syllepse, 2022, 5 euros.

[2] Voir le site Iran-echo.com.

[3] Association révolutionnaire des femmes en Afghanistan : Rawa.org.

Alternative Libertaire n°343, novembre 2023

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Soutenir Mille Bâbords

Pour garder son indépendance, Mille Bâbords ne demande pas de subventions. Pour équilibrer le budget, la solution pérenne serait d’augmenter le nombre d’adhésions ou de dons réguliers.
Contactez-nous !

International c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 640

Solidarité c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 95

Syndicalisme c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 250

Union Communiste Libertaire c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30